PACKING BLOG

"Sans titre" Intervention du Défi, journée Croix Marines sur le thème des enveloppements humides du 18 10 2011

 

Présentation journée Croix Marines sur le thème des enveloppements humides du 18 10 2011


INTRODUCTION

 

(Yann)

 

 

 

Sylvaine et moi travaillons dans un foyer daccueil médicalisé pour personnes adultes autistes. Le foyer est ouvert tout au long de lannée. Comme on dit parfois cest un lieu de vie. La temporalité est longue, elle nest pas séquentielle. Le quotidien est à lœuvre sous toutes ses formes.

 

 

 

Le quotidien est à la fois une nécessité et un prétexte. Il sorganise sur laxe du vivre ensemble. Le quotidien est un outil dobservation, un outil de contact, une scène de rencontre, des instants de conflits; il est loccasion de mettre de la matière, de lobjet au sein dune relation.

 

 

 

Il est espace de création, dillusion, de collusion, de fusion.le quotidien sinvite à être regardé, il impose un mouvement de pensées à plusieurs pour organiser et différencier le temps et lespace au sein du chaos pulsionnel que favorisent lisolement et la mêmeté (trad. De G. Haag pour le terme sameness), tel que le décrit L. Kanner. Cest un lieu de vie qui nécessite le croisement des regards, un questionnement sur lambiance au quotidien.

 

 

 

Les questions qui simposent à létablissement: Comment vit-on ensemble? Comment se débrouille ton de cette souffrance, de ces contacts adhésifs, fusionnels, symbiotiques,  ou évitants, dissociés? Comment interroge ton notre regard sur cet autre qui peut se mutiler, sur cet autre qui peut être dans un état dexplosion constant? Cest là que commence le travail dune institution sur létablissement quand elle commence à sorganiser ou se désorganiser au contact de celui et de ceux quelle accueille. Comment vibre linstitution ? Et que fait-elle de ces mouvements vibratoires?

 

 

 

Le packing, pack, enveloppement humidederrière ces mots une médiation ou plus exactement de la matière à penser, derrière ces mots un morceau de linstitution. Parmi les 27 résidants, il existe trois cures denveloppements humides ajustées après chaque séances par un temps de reprise et une réunion hebdomadaire regroupant lensemble des packants.

 

 

 

Le pack de Marc

 

(Sylvaine)


Marc s'isole dans ses toilettes

 

L'équipe transmet sa difficulté dans son accompagnement

 

difficile de lui proposer des choses

 

difficile de le sortir des toilettes

 

Marc se tient devant ses toilettes avec une tension musculaire intense,hypertonie des membres inférieurs ;raides comme 2 morceaux de bois accrochés à ce corps,la main et le front tapent inlassablement sur la chasse d'eau murale et le mur,il gémit pousse des cris ,semble vouloir évacuer quelque chose (urine? Selle? Confusion,contrôle des sphincters?)et en même temps mobilisation de toute son énergie dans la rétention

 

Même lorsque Marc est hors du champ visuel le bruit produit envahit l'unité,effraction dans le vécu des équipes

 

Si Marc n'est pas aux toilettes il ferme son orifice anal avec ses doigts

 

Ces éléments sont insupportables pour l'équipe

 

Le corps de Marc est écorché,il présente des stigmates d'automutilation sur tout le corps et le visage(frottements ,griffures inlassablement répétés)

 

Dés qu'il y a du vide ,il s'isole dans ses toilettes avec ses troubles (il peut demander la fermeture des toilettes ,mais dans ce cas il en trouvera d'autres)

 

L'équipe se ressent comme défaillante , impuissante

 

Le seul discours de Marc :café,clope,toilettes

 

L'équipe est inquiète;elle parle de régression,de perte d'autonomie, d'isolement, de défaut de communication, de tension corporelle intense,d'automutilation,de tristesse

 

Ses symptômes sont insupportables pour l'équipe ;ce ressenti est étendu à l'ensemble de cette l'équipe en souffrance

 

Il est nécessaire de reconstruire de la pensée autours de Marc

 

Proposition d'enveloppement humide pour Marc

 

Marc accepte;la cure débutera en novembre 2010 et est toujours d'actualité

 

Nous prenons beaucoup plus de « précautions» auprès de Marc:

 

la question de son intimité:Marc garde son slip

 

 

 

la cure débutera avec 2 packants extérieurs de l'unité,du quotidien (nous voulions commencer rapidement) puis sera élargie mais en prenant toujours beaucoup de précautions lors de l'entrée d'une autre personne dans cette cure

 

Ce fonctionnement sera questionné lors des reprises et des réunions pack. Pourquoi avoir pensé ce fonctionnement,pourquoi laisser le slip à Marc (certains ont le sentiment d'une mise à distance de cette zone alors que justement elle est en question)

 

 

 

L'enveloppement humide est un moment privilégié pour Marc;il est détendu,une relation particulière s'établit avec les packants

 

L'espace temps est investi

 

Marc trouve à ce moment précis une aisance corporelle visible lors du déshabillage,de l'habillage

 

Le corps ne présente plus de stigmates

 

Un moment de répit semble t 'il

 

 

 

Le clivage entre l'unité de vie et l'espace du pack reste présent

 

Il faut transmettre ce que Marc nous donne à voir de sa personne du fait de la mise en suspend de ses symptômes à une équipe du quotidien qui n'en peut plus et qui ne voit aucun apaisement sur le groupe en dehors de notre discours

 

ce que Marc renvoie aux  packants, en dehors du groupe n'a rien à voir;c'est un autre

 

Ramener cet espace sur la scène de l'institution,du quotidien a permis à l'équipe d'avoir un autre regard sur Marc,d'avoir un peu de désir

 

Le clivage entre l'unité et l'extérieur nous à  conduit à élaborer de nouvelles hypothèses concernant Marc

 

 

 

 

 

 

 

Le pack de Samuel

 

(Yann)

 

 

 

Samuel est un jeune homme pour qui le collectif est source dattraction-collage et deffraction. A la fois dans un appétit de lautre (le mot appétit ici souligne toute la dimension de loralité chez Samuel) et une rencontre impossible avec cet autre. Nos regards, nos discours à son adresse le mettent dans un état tel que des morceaux de corps sen trouvent prélevés lors des rencontres. Dépeçage de notre peau, arrachement de nos cheveux, autant de morceaux de corps qui finissaient à létat de déchets mettant en échec une rencontre et traduisant son angoisse face à lautre. Ces rencontres sont aussi le témoignage de son morcellement ou peut être plus justement de son démantèlement (D. Meltzer): le mot bonjour (signifiant ou matière?) sortant de sa bouche en direction dune première personne, le regard posé sur une seconde et la main-pince qui vient prélever un morceaux de peau à une troisième. Les rencontres avec Samuel avaient tendance à se systématiser sur ce mode il y a encore deux ans.  Un corps vécu écartelé, démantelé sur les lignes des 3 axes sensoriels en question à linstant où il croisait un autre. Juste avant son arrivée au Défi, un éducateur avait été embauché juste pour son accompagnement. Laccompagnement individuel temporisait le rapport de Samuel à ce vaste monde.

 

 

 

Lenveloppement humide a vite émergé dans nos têtes. Pouvoir approcher Samuel à plusieurs, pouvoir répéter des rencontres apaisées et apaisantes avec lui devenait évident.

 

Nous avons donc construit un dispositif à quatre pour lenveloppement et à deux pour la séance. Nous avons voulu faire une limitation dans les stimulations. Dans laprès coup, après deux ans de pack avec Samuel, nous nous apercevons que le travail essentiel entre lui et nous, s’ajuste sur la rencontre et la séparation. Cela fait deux ans que lon tricote (une maille à l’envers, une maille à l’endroit) les moindres détails de l‘espace et du temps de la séance et de ses entours.

 

 

 

Une seule voix,  des consignes simples,

 

Un accueille sa tête et lui parle en tête à tête pendant lenveloppement, un autre avec un appui main-dos pour l’aider dans la bascule assis allonger

 

Déshabillage dans une autre pièce pour quil puisse rester concentrer sur une seule présence…

 

 

 

Les séances de pack avec Samuel, cest aussi loccasion de pouvoir échanger quelques mots avec lui, avec lautre, sans que ce soit une agression pour qui que ce soit. Samuel, le visage apaisé, écoute ce que lon dit de lui, à son sujet. Quelque fois, il participe. Le pack à ce moment prend tournure denveloppe à lettre pour jouer sur la métaphore épistolaire. L’enveloppe du pack vient recueillir, contenir notre texte hypothétique, élaboratif…la rêverie de Bion en quelque sorte. Cette enveloppe semble tenir, Samuel a su nous montrer que s’il souhaitait sortir du pack, sa force physique pouvait à elle seule détruire lenveloppe physique des linges.

 

 

 

Le filtre de la séance de pack permet de regarder autrement Samuel, sa bouche, ses mots, son corps. La difficulté quil a  pour s’allonger… Geneviève Haag nous invite à réfléchir sur labsence darrière plan, l’absence de fond de l’être, sur les défaillances du squelette interne  et notamment face au regard comme si notre regard traversait Samuel, quil ne pouvait l’accueillir et le penser. Il nest quintrusion indigeste dune perception non pensable.

 

 

 

Sur un autre registre perceptif, nous pouvons évoquer la voix et limportance de sa modulation. Dès que la voix se transforme, il est possible quil nous écoute. Lécueil, la difficulté qui nous concerne au Défi, est comment transposer, raconter ces discours avec la scène du quotidien. Comment témoigner de ces moindres détails dune grande richesse sans mettre du clivage en route. Les packants des non-packants.

 

Une équipe de pack dans ce type détablissement ne peut fonctionner sans que certains (ceux qui ne sont pas au pack) tiennent des positions. Cest lhistoire du millefeuille de J. Oury. Il y a ici toujours matière à mettre les équipes en porte à faux.  Je relaterai les propos dune collègue: « c’est un moment qui nous manque sur le groupe. On est sécurisé. Il est un autre. Cest un autre regard ». Comment se passe les retrouvailles entre lun qui arrive à se sécuriser suffisamment avec la scène du pack et l’autre qui subit le quotidien avec Samuel ? Comment faire lien à la sortie du pack?

 

 

 

Le pack pour Samuel me fait penser à une scène de théâtre avec sa structure spatiale (côté jardin, côté cour, avant scène) ce qui peut nous renvoyer à la technique basale du pack. Et puis vient le décor sur cette structure basale. Ce décor qui sinvente au fil des séances. Le déshabillage dans lautre pièce, la sortie par une autre porte pour éviter le carrefour, le passage du secrétariat, la revue pendant la collation du lait menthe. (Et oui! Samuel boit un lait menthe lors de sa collation! Quel signifiant qui nous laisse pantois face à un jeune homme qui dévore lautre qui sapproche trop près.)

 

Après il y a tous les acteurs que nous sommes avec lui sur cette scène chaque lundi. Une scène avec un texte qui se répète, une répétition des même gestes et textes à chaque scène-séance. « Le monde interne se crée par répétition des expériences que le petit homme fait depuis quil existe ». Pierre  Delion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pack est une médiation parmi d'autres au Défi

 

(Sylvaine)


 

 

C'est une prise en charge privilégiée par rapport à la problématique corporelle et psychique de l'autisme.

 

Dans notre fonctionnement, nous sommes confronté à quelques difficultés et pourtant les cures tiennent.

 

Il est difficile pour les packants de sortir du quotidien:laisser ses collègues dans une prise en charge lourde du quotidien.

 

L

 

e pack est une prise en charge individuelle de 2 encadrants (voir plus) pour 1 résidant ;il reste 8 ou 9 résidants sur l'unité de vie.

 

Départir d'une certaine culpabilité, conflit de loyauté.

 

Comment passer du collectif à l'individuel sans avoir un sentiment d'abandon envers le reste du groupe, de son collègue?

 

Comment conserver une disponibilité psychique lorsqu'on laisse son collègue parfois seul avec le reste du groupe?

 

Comment les équipes vivent elles le retours du résidant sur l'unité après le pack?

 

 

 

Il est nécessaire que ce soit porté par l'institution, il faut maintenir du lien entre packants et non packants.

 

Les cures de pack ne pourraient exister sans le soutien des non packants même si parfois le discours véhiculé par l'équipe pourrait faire penser à un essoufflement.

 

 

 

 

 

La question de la durée

 

(Sylvaine)


 

 

Nous sommes souvent questionné par la durée de la cure.

 

Il y a plusieurs années lorsque les enveloppements humides ont été pensé

 

s au Défi,il y avait une prescription pour 10 séances; aujourd'hui la prescription concerne la décision de proposer la cure

 

 

 

3 cures de pack sont en cours actuellement avec impossibilité organisationnelle d'augmenter le nombre.

 

Il y a 27 résidants au défi et pour un bon nombre une indication d'enveloppement humide serait pertinent.

 

Permettre au sujet que les angoisses s'apaisent, que le ressenti des limites du corps s'amorce ça prend du temps.

 

Il est légitime pour les équiper de proposer une cure pour tel ou tel résidant devant parfois l'insupportable (essentiellement quand les encadrants ne voient pas les bénéfices sur le  quotidien en dehors de notre discours)

 

Actuellement ,nous ne pouvons envisager d'arrêter les cures existantes

 

 

 

 

 

Sans titre

 

(Yann)

 

- Sur le programme de la journée croix marines, l’intervention du Défi était la seule à ne pas avoir de titre pour introduire notre présentation orale -

 

 

 

 

 

Dans laprès coup, ça ma questionné et jai associé avec le « sans titre » parfois lisible en deçà dun tableau ainsi quavec le mutisme qui règne chez ceux que lon accompagne au quotidien.

 

 

 

Le sans titre du tableau me convoque à la notion de châssis, de cadre, de la toile. Cette toile comme surface de projection. Une surface interne, une surface externe. Lassociation avec la peau se fait très vite. La peau qui délimite lintérieur de lextérieur du corps. La peau, le linge, les serviettes et draps mouillés, lenveloppe du corps est là.

 

 

 

Chassis, cadre

 

, ce avec quoi laccueil dun être en souffrance par lenveloppement humide a à faire constamment. Nécessité dune structure, dune alliance entre le pack et le non pack. Pour que la structure tienne, pour que lenveloppe ne se fissure pas, il faut des entours. Nous n’insisterons jamais assez au Défi sur limportance des professionnels qui continuent à faire tourner le quotidien pendant que dautres sont au pack. La disponibilité psychique des uns commence au moment où les autres veillent au grain.

 

 

 

Cette question pour une institution est peut être le point inaugural à la différenciation du moi et du non-moi! (F. Tustin)

 

 

 

Le châssis-cadre

 

, il fait simplement bord, il vient contenir nos pensées, faire association didée. Le bord, cest la préparation des linges qui inaugure lambiance, cest lhoraire (tenue ou pas), cest lenveloppement autour du corps tel quil a été pensé au fur et à mesure (souvent loccasion dobserver une marque du corps, une stéréotypie, un mouvement inhabituel, une tension musculaire), cest le rituel du déshabillage, le tour du lit avec un bonjour à chacun . Un bonjour que lon a connu et que lon connaît encore sur le registre de la vigilance. La main-pince, la main-agrippement pouvant succéder à cet échec de la simple poignée de main.

 

 

 

Alors il faut faire du bord. Pour la cure de Samuel faire du bord, construire le châssis, cest décaler le déshabillage dans une autre pièce que le lieu de la séance. Au début, le déshabillage avec la présence des packants provoquait un trop de stimulation, le morcellement de son corps et lintrusion dans les nôtres sopérait. Maintenant il nous rejoint en peignoir, on est quatre  pour lenveloppement.

 

 

 

Le bord-cadre

 

pour tenir notre toile de projection et dimpression cest évidemment les temps de reprise où chacun va évoquer ce quil a entendu, observé, peut être vécu. Cest la reprise pour faire lien, pour inscrire ce qui fait trace et reste en mémoire. Cest refaire le bord du trou psychique, c’est la possibilité de penser avec des hypothèses ou des choses à essayer, à vérifier . On se remet en lien et puis parfois on remet un peu dordre dans nos propres pensées. Et puis ça met un point darrêt à la séance, ça permet déjà de créer la prochaine.

 

 

 

 

 

La toile-peau

 

. De la peinture sur une toile, si elle n’est pas complètement étanche comme la peau, si des échanges internes-externes sont possible, la peinture laisse une impression différente entre lintérieur et lextérieur. Le pack, cest aussi peut-être quelque chose de cet ordre là. Notre observation, notre discours, nos échanges avec le résidant pendant ce temps là…  quelles impressions ça laisse dans son intime? Et cette séance, quelles traces en notre intime? Comment on ressort de la proximité rendue possible et comment on retourne sur le groupe?

 

Sur lenveloppe du pack, nous laissons des mots, quel devenir? Des silences sinstallent sans que le quotidien vienne ronronner un amoncellement de bruits, quels impacts chez nous?

 

 

 

Sylvaine Nallet et Yann Brebion

 

 

 

 

 

 

 

Par manque de temps, nous n’avons pas présenté lors de cette journée la troisième cure de packing. Je l’ajoute ici.

 

 

 

 

 

Tristan

 

(Yann)

 

 

 

Une équipe en souffrance. Des conflits au sein de lunité dans le travail au quotidien  avec Tristan. Une équipe qui sessouffle, une équipe en tension face aux mouvements hétéro agressif de Tristan ainsi que les marques, les impacts psychiques laissés dans la tête de chacun lorsque lui sinflige des automutilations. Surtout la tête quil se projette contre du dur. Une vigilance constante où la relation nest plus possible, lui comme ceux qui lentoure cest de lordre de la survie. Survie psychique.

 

A côté de cela, Tristan, dans sa relation au monde met du clivage à chaque passage, chaque transition. On ne se parle plus de Tristan, cela devient difficile, voir on néchange plus. La résonance de la dissociation est absolument étonnante. Certains professionnels se trouvent coincés dans une relation trop proche avec lui. Se dessine les bons et les mauvais, la nuance nest plus possible.  Un transfert trop massif, peut être un contre transfert qui sengage dans la réponse, peut être une équipe qui ne peut plus questionner les rapports des uns et des autres face à Tristan. Une perte de contenant, seul la symbiose avec certains lapaise, entraînant les clivages et la fracture au sein de linstitution. Des réunions où la parole avait du mal à circuler avec des explosions émotionnelles massives beaucoup trop lourdes à contenir. Pour Tristan: je fusionne ou jarrache la tête. A lépoque, il y avait même un signifiant tout à fait étonnant qui séchangeait « je me suis fait dépouiller »la peau en décomposition, le corps mort, désagrégationvoilà ce qui est en  question entre Tristan et les équipes.

 

 

 

Il était nécessaire de reconstruire de la pensée pour ne plus subir la violence pulsionnelle. Résister aux mouvements transférentiels archaïques dévastateurs qui frappaient et fractionnaient léquipe. Trouver un outil capable de transformer les impressions et éléments bruts  en éléments liables.

 

 

 

 

 

Le corps de Tristan

 

 

 

 

 

Les articulations bloquées, les poings en lair. Le corps sur un axe vertical clivé pour reprendre les descriptions de Geneviève Haag. Le regard marqué par ce clivage avec un strabisme divergent fluctuant. Des mots de chute, « il est tombé Tristan ». « Il a cassé la chaîne à papa ». « Cest dangereux de traverser ». A chaque morceau de phrase qui arrive jusque dans sa cavité buccale, Tristan nous raconte en répétition sa chute psychique, la dangerosité du passage. Et à ce niveau de déliaison et de désorganisation psychique, se pose la question suivante avec laide de Bion: lénoncé verbal est-il à entendre comme une communication de sentiments ou comme un mouvement musculaire dévacuation ? De la matière dans la cavité buccale à linstar du lait? La voix quelle fonction pour la voix? Rythmicités sonores ? Habiter du vide ? Morceaux de souvenirs qui bouclent le vide ?


et se souvenir quau commencement de lexistence cest un babil, cest le jeu de la voix, la résonance. Cette résonance sinvite dans nos pensées avec la tension musculaire dans la mâchoire et les tempes. Cest-ce qui nous invitera à construire un pack de la tête pour Tristan.

 



12/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres