PACKING BLOG

Autour du « packing » : Gérard Joncoux

 

http://www.bibliotheques-psy.com/spip.php?article1561

 

 

 

- Autour du « packing »

par Gérard Joncoux

Certaines associations de parents d’enfants autistes ont entrepris de faire interdire la pratique du packing. En quoi cette démarche peut concerner les praticiens formés aux psychothérapies psychanalytiques ? Comment cet affrontement qui dure depuis déjà un bon moment est-il en train de dégénérer ? Quels en sont les enjeux ? C’est ce dont nous voudrions rendre compte à partir des informations qui sont à notre disposition.

Le packing est un soin utilisé souvent en dernier recours quand de nombreuses tentatives thérapeutiques ont échoué et que la vie du patient se trouve parfois en danger. Face à ce risque, une équipe peut se mobiliser et s’organiser pour répondre à une situation souvent urgente. Néanmoins, il est préférable de prescrire ce soin dans des conditions normales et d’avoir la préoccupation de la durée.

Ajoutons que ce soin peut quelquefois être une alternative à la prescription de neuroleptiques. La constitution d’une équipe de pack n’est évidemment possible qu’avec l’accord du chef de service et l’acceptation de l’ensemble du personnel qu’il est d’ailleurs utile de tenir au courant de l’évolution du soin au cours des réunions institutionnelles.

Nous nous sommes formés au cours de réunions avec un superviseur de manière à soumettre ce qui se passait au jugement et à la critique. Pour plusieurs d’entre nous, il est apparu important de vivre soi-même l’expérience du pack ; ce fut mon cas dans le cadre d’une formation au long cours intitulée « Groupe thérapeutique à implication corporelle ».

Nous avons donc toujours pratiqué le packing en concertation avec les autres membres de l’équipe intervenant auprès des patients selon des modalités s’accordant avec leur fonction et leur place dans l’institution. Le consentement du patient ayant la parole ou pas à sa disposition a toujours été prise en compte pour la bonne raison qu’il est impossible d’avancer sans cela : l’équipe se rassemble autour du patient et avec le patient. En outre, chaque patient a toujours pu bénéficier de ce qui se pratiquait dans plusieurs lieux, l’articulation entre ces différents lieux de soins dessinant un parcours thérapeutique adapté à la problématique spécifique de chaque patient.

Il en a été de même dans les services de pédopsychiatrie ; il n’est pas inutile de le rappeler aujourd’hui concernant l’autisme.

Quels moyens mettre en œuvre pour prendre soin des enfants souffrant de troubles divers et parfois sévères regroupés sous ce terme d’autisme ?

Aujourd’hui a lieu ce qu’on ne peut plus appeler une controverse mais un affrontement sévère entre, d’une part, professionnels de la santé formés à la psychothérapie analytique recourant entre autres soins au packing et, d’autre part, parents, adversaires de cette utilisation pour les enfants hospitalisés dans les services de pédopsychiatrie et diagnostiqués comme « autistes ».

En effet un cap a été franchi par quelques associations dont celle dénommée « Léa pour Sami » : pétition puis manifestation devant le ministère de la Santé, demande de moratoire contre le packing, accusation de maltraitance ; les médecins étant accusés de prendre les enfants pour des « cobayes » à qui on appliquerait « des méthodes scandaleuses ».

Cette campagne a reçu un écho auprès des pouvoirs publics comme en témoigne un discours récent de Valérie Létard, secrétaire d’Etat à la Solidarité auprès du ministre du Travail, des Relations Sociales, de la Famille.

Lors d’une visite à l’IME Notre Ecole, établissement fortement orienté vers les méthodes éducatives (TEACCH), Madame Létard déclare à un moment de son exposé qu’il est recherchée « l’expérimentation de nouvelles formes de prise en charge et qu’il est enfin indispensable de définir des critères de bonne pratique pour lutter contre les dérives et pratiques dangereuses (…) Le recours à cette technique [le packing] devrait rester strictement lié à un protocole. Tout recours en dehors de ce cadre, notamment en cas d’absence d’accord formel des parents, peut donner lieu à un signalement en vue d’une enquête, et même à un signalement judiciaire » ; il est alors mentionné que cette méthode fait actuellement l’objet d’une évaluation de ses effets thérapeutiques selon des critères éthiques et scientifiques.

Pourquoi cette fixation sur le packing que certains parents assimilent à de la maltraitance alors que dans d’autres lieux d’autres parents informés de ce soin y trouvent des bénéfices et le demandent pour leurs enfants ?

Il semble bien d’abord que la calomnie utilisée envers ceux qui, comme Pierre Delion et bien d’autres parlent de façon nuancée du bien-fondé de cette méthode, soit le fait d’associations qui ne jurent que par l’utilisation de méthodes éducatives.

Mais alors, comment ça se passe aujourd’hui dans le traitement de l’autisme ?

En synthétisant, disons qu’il repose sur l’articulation adaptée à chaque enfant de trois pratiques : éducative, pédagogique et thérapeutique.

C’est dans cette perspective intégrative que les équipes de pédopsychiatrie se forment actuellement et que la recherche se mène en faisant collaborer des neuroscientifiques aux réflexions cliniques, psychopathologiques et thérapeutiques.

Dans ce contexte, la position des praticiens formés à la clinique des soins relevant des médiations corporelles conçues comme formes de psychothérapies psychanalytiques est non seulement de dénoncer l’intolérance de personnes qui ne veulent pas entendre d’autres arguments que ceux qu’ils se sont forgés mais aussi de défendre l’existence de la relation psychique dès lors qu’il y a de l’humain. En effet certaines associations semblent méconnaître ou dénier l’existence de troubles graves d’autisme expliquant le recours à d’autres soins que ceux qu’ils préconisent.

L’intolérance se manifeste quand des parents, sous prétexte que certaines méthodes ont porté leurs fruits, en font la propagande exclusive et s’arrogent le droit d’empêcher d’autres parents de bénéficier d’autres méthodes. De plus ils n’hésitent pas, semble t-il, à manipuler les médias pour faire pression à travers eux sur les pouvoirs publics.

Concernant les soins psychiques, Caroline Eliacheff (Le Monde du 28 mai 2009) pose la question : « L’autisme serait-elle la seule maladie à ne pas englober le psychisme au prétexte qu’elle serait génétique ou neurobiologique ? »

En effet, à travers le dénonciation du packing comme méthode barbare, il s’agit d’éliminer tout apport venant de la psychanalyse et de dénigrer les hôpitaux de jour comme lieux de soins.

Voici, pour conclure, ce qu’écrit Pierre Delion dans un texte récent : « (…) Je crois pour ma part que cet aveuglement manifesté par les calomniateurs tient (...) au fait qu’ils ont été blessés par des praticiens s’inspirant de la psychanalyse oubliant que si des psychanalystes ont commis des erreurs en ce qui concerne la prise en charge (…), la psychanalyse a eu un rôle prévalent dans la construction d’un savoir psychopathologique aux effets considérables sur les processus civilisateurs contemporains. » (Proposition pour une défense des soins psychiques. Lettre ouverte aux parents d’enfants d’adolescents et d’adultes autistes, à leurs professionnels éducateurs pédagogues et soignants, avril 2009).

http://www.federation-ateliers-psychanalyse.org/Gerard-Joncoux-Autour-du-packing.html

- Avis relatif aux risques associés à la pratique du packing pour les patients mineurs atteints de troubles envahissants du développement sévères

par Haut Conseil de la santé publique

La direction générale de la santé a saisi la commission spécialisée Sécurité des patients du HCSP au sujet des risques éventuels liés à la technique de packing, utilisée dans le traitement de certains troubles graves du comportement, notamment chez les enfants autistes.

Dans son avis, la commission s’est prononcée sur les points suivants :

  • Nature et niveaux d’exposition aux risques physiques et psychologiques connus à ce jour ;
  • Conditions de sécurité de la réalisation des enveloppements humides.

Rapport du groupe de travail

Rapport de synthèse d’expert

http://www.legislation-psy.com/spip.php?article2394



28/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres