PACKING BLOG

packing : exposé au forum infirmier TOURS 2007

dimanche 26 avril 2009

Packing : forum infirmier Tours 2007 par sd

 

http://bibliothequeopa.blogspot.fr/2009/04/packs-forum-infirmier-tours-2007-par-sd.html

 

packing : exposé au forum infirmier TOURS 2007

lundi 26 janvier 2009, par sd

26/01/2009 Travail sur les packs pour le forum infirmier 2007

Auteurs : Catherine BARRACO , Edith DREYFUS , Charlotte GOUMARRE , Evelyne REBBOH-FLASCHNER (CPTS B CHRU de TOURS)

Il nous a été proposé de participer au forum Infirmier pour présenter un soin tout à fait particulier : le pack. La notion de soin et de guérison n’a pas le même sens en psychiatrie et en soins généraux. Le Pack n’est pas un protocole qui vise l’éradication d’un symptôme.

Il ne nous sera pas possible en 20 minutes de retracer plusieurs années de réflexions, préalables au Pack. On ne pourra pas tout expliquer sur ce qui s’y passe car chaque pack, chaque séance est singulière et unique… Mais on peut essayer tout de même d’en donner quelques éclairages et de vous raconter l’histoire ou les histoires de deux patients bénéficiant de ce soin.

Le Pack vient du mot packing en anglais : qui veut dire enveloppement . C’est un enveloppement thérapeutique ( dans des draps mouillés ) . C’etait une pratique courante au 19ème siècle en psychiatrie qui ensuite est tombée en désuétude. Dans les années 50 l’enveloppement humide est, en quelque sorte, « redécouvert » aux Etats Unis par le psychiatre, psychanalyste WOODBURY . Celui viendra travailler à Paris , dans le XIIIème sur l’invitation du Dr Paumelle de 1966 à 1968 ..

C’est un enveloppement humide thérapeutique ( dans des draps mouillés ) ce qui produit une réaction physiologique au froid ( vasoconstriction des vaisseaux superficiels et accélération du flux des vaisseaux profonds ) . Les packs peuvent permettre à la personne de se laisser aller , de se déconnecter de ses conduites habituelles et d’avoir accès à l’émotion et à des souvenirs d’expériences archaïques

C’ est un soin psychothérapique qui a la caractéristique d’être pratiqué par une équipe pluridisciplinaire ( des infirmiers ,des aides soignants , des psychologues , des médecins ) . C’est un soin à l’intention d’une seule personne qui déshabillée va être enveloppée avec beaucoup d’attention dans des draps humides et froids. C’est l’enveloppement et la présence attentive des soignants qui constitue un pansement. C’est un pansement pour les écorchés psychiques, c’est un pansement et un pensement qui rassemblent les éléments épars et morcelés chez des patients en grande souffrance.

Pour faire un pack il faut au minimum 2 soignants très motivés et impliqués, 2 draps, un matelas par terre et …..un patient averti et consentent

L’enveloppement dans les draps et le contact – présence des soignants mettent à disposition du patient un enveloppement portant (holding), accueillant et contenant. Ce contact – présence , qui n’est ni de caresser ni de masser est une qualité de présence à l’autre une façon d’être là et bien là , même si parfois c’est lourd , difficile d’y être , mais on est plusieurs à y être et c’est ce qui va permettre au patient de faire un chemin d’ordre affectif et psychique . C’est difficile car cela mobilise chez chacun d’entre nous des sensations enfouies Et c’est aussi pour cela qu’il est important d’avoir le temps de reparler des packs ensemble et avec un tiers , psychanalyste .

Les indications du pack se présentent lorsqu’une psychothérapie avec les moyens habituels, (parole , pâte à modeler ou dessin …) ne permet plus « d’avancer » , ou lorsqu’une psychothérapie est impossible car dire est trop douloureux . ou encore lorsque la question du corps se pose , le pack est alors associé à la psychothérapie .

Pour J. Plankaert (notre formatrice, psychologue, psychanalyste) les packs, c’est OSER S’APPROCHER. C’est une expérience partagée, des soignants avec le patient et des soignants entre eux .S’approcher de la souffrance des malades mentaux est délicat. et difficile

COMMENT L’IDEE DES PACKS NAIT DANS LE SERVICE DE PSYCHIATRIE B ?

C’est en s’appuyant sur les pratiques issues du courant de la psychothérapie institutionnelle, à laquelle se réfère de nombreux services de psychiatrie, que différents lieux de rencontres, et ateliers, propices aux soins ont été créés (cafétéria, ateliers d’expression poterie, dessin , voile, chorale…

Ce qui soigne c’est aussi le partage et l’échange….. d’expériences, de paroles, d’activités.

Depuis quelques années le CORPS a pris « place » dans l’institution par le biais de différents ateliers et expériences (sophrologie , massage , l’atelier corps et voix , …)

La formation Pack , interne au service de psy B , a permis , à une dizaine de soignants intéressés et curieux ,de développer notre qualité de présence , la façon d’ accueillir la personne dans son existence psychosomatique et somato-psychique , c’est – a –dire dans sa globalité . Alors à partir de là nous étions prêts pour une nouvelle expérience. Il a d’abord fallu « démystifier » cette formation auprès de nos collègues. Nous sentions chez certains une réelle interrogation mêlée à un grand scepticisme. Ils nous trouvaient peut- être « prétentieux » …ils étaient peut-être « envieux » ? . Mais tout le groupe de « packant », encore imprégné de cette formation, était impatient de « travailler » .

Il a fallu choisir un patient . Difficile de choisir car de nombreux patients pouvaient bénéficier du pack. C’est au cours de réunion d’équipe de pack mais aussi de synthèse de service où suite à un constat d’échec collectif : « on ne sait plus quoi faire , ça ne bouge pas ….il est là depuis si longtemps… » qu’un patient a été choisi et nous nous sommes lancés .

Nous voulions un lieu réservé aux packs .Nous l’avons trouvé et aménagé (paravent, radiateur supplémentaire, draps, matelas, crayons, feuilles …) Et puis 1ère séance !!!!! Dans une pièce un peu surchauffée nous disposons deux matelas au sol sur l’un nous étalons 2 draps mouillés, l’un dans le sens de la longueur, l’autre par-dessus dans le sens de la largeur Le patient s’allonge , déshabillé et nous l’enveloppons rapidement dans les draps des pieds à la tête . Le patient doit être enveloppé, entouré, contenu mais pas ligoté. Un soignant s’installe a ses pieds, les autres soignants s’installeront de chaque côté du patient et posent leurs mains . La présence est à la fois physique et psychique : c’est cela la contact – présence On constate rapidement un réchauffement dans les draps mouillés. L’enveloppement dure environ 20 à 30 mn. Le pack c’est l’accueil de toutes les émotions, du silence aux mots. Les soignants respectent ce silence et restent présents, accueillants, chaleureux. On invite alors le patient à évoquer ce qu’il ressent ici et maintenant. Parfois lorsque nous sommes trois soignants, l’un écrit la séance : les silences, les paroles des uns et des autres. Puis nous aidons la personne à sortir des draps mouillés , elle se glisse sur l’autre matelas puis nous la recouvrons d’un drap sec et chaud, parfois même d’une couverture. Nous restons toujours présents et accueillants pour aider le patient « à reprendre pied dans le quotidien social ». On peut proposer à certains patients de dessiner ou d’écrire à la fin du pack. Puis on raccompagne la personne dans son service ou à l’extérieur . Le pack ne prenant fin qu’a ce moment là . Il est arrivé que nous prenions ensemble une boisson chaude à la fin de la séance. Les soignants se retrouvent alors (lorsque c’est possible ) pour rédiger un compte-rendu de la séance et échanger leurs impressions , émotions et réflexions

Pour ne pas conclure

Le pack n’est pas un soin à durée précise dans le temps . En fonction de celui-ci il peut être modulé, stoppé, puis repris . En effet seul le patient est acteur du soin . L’investissement soignant est important et la rencontre entre les soignants et le patient ont crée un lien particulier ( transférentiel pourrait-on dire ..)

Quelque soit notre formation initiale , l’expérience des packs a modifié notre façon de travailler avec les autres patients , dans notre manière d’Etre , notre présence et notre attention à L’Autre .

Pour Pierre DELION Mais la technique n’est pas grand-chose si elle ne s’inscrit pas dans le maillage institutionnel si ce qui se passe pendant la séance n’est pas repris, travaillé avec d’autres, avec les autres de l’équipe afin que du lien s’établisse et prenne sens.

BIBLIOGRAPHIE

GRODDECK : Le livre du ça DELION : corps – psychose et institution . Erès 1995 ANZIEU : les enveloppes psychiques . DUNOD 1987 ; F. DOLTO : l’image inconsciente du corps . SEUIL 1984 WINNICOTT : De la pédiatrie à la psychanalyse . PAYOT 1989 J. PLANKAERT : Le pack ou enveloppement humide. L’univers psychocorporel. Hachette



17/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres